Obtenir un emploi à l’étranger est un exercice difficile car il requiert une bonne faculté d’adaptation ainsi qu’une organisation très rigoureuse. Pour s’y préparer au mieux, il est donc nécessaire d’élaborer une véritable « checklist » des éléments cruciaux à respecter, plusieurs mois à l’avance.

De plus en plus de salariés, qu’ils soient juniors ou expérimentés, décident de prendre le large et de tenter une nouvelle expérience professionnelle à l’étranger. Si cette démarche peut leur apporter beaucoup sur tous les plans, il s’agit d’un processus long qui requiert une intense préparation.

En effet, plusieurs contraintes et barrières liées par exemple à des aspects légaux ou encore culturels rendront cette recherche plus difficile que dans votre pays d’origine. Nous vous avons donc préparé une liste de 5 étapes cruciales à respecter pour mettre toutes les chances de votre côté pendant votre recherche.

 

1)   Préparez-vous en avance depuis la France

Les premiers pas dans votre démarche de recherche d’un job à l’étranger devront être effectués en France, afin de glaner toutes les informations dont vous aurez besoin en amont. Ainsi, ce processus peut commencer sur internet, où des sites comme le Pôle emploi international (https://www.pole-emploi.fr/informations/informations/international-@/international/) ou encore le portail européen pour la recherche d’emploi (https://ec.europa.eu/eures/public/fr/homepage) recensent les annonces dans les pays étrangers.

Veillez également à bien passer en revue depuis la France les secteurs qui proposent le plus de jobs à l’étranger. Si l’hôtellerie et la restauration sont des industries particulièrement friandes de main-d’œuvre, certaines villes sont connues pour leurs offres abondantes dans certains domaines, comme par exemple la finance à Londres. En outre, n’oubliez pas de vous renseigner sur les grandes entreprises françaises recrutant à l’étranger, notamment à travers des contrats de type VIE (Volontariat International en Entreprise) ou SVE (Service Volontaire Européen).

Enfin, n’hésitez pas à consulter les sites d’expatriés pour en apprendre davantage sur les conditions de travail, les coutumes et la culture de votre pays d’accueil. Il s’agit d’ailleurs souvent de portails tenus par des associations dont le but est d’échanger avec les futurs expatriés avant leur voyage. Ces dernières vous aideront également dans vos questions logistiques concernant par exemple le logement ou les transports sur place.

2)   Renseignez-vous sur les aspects légaux

En général, les recruteurs à l’étranger ne s’intéresseront pas à votre candidature, aussi brillante soit-elle, si vous ne remplissez pas les conditions nécessaires en terme de contraintes légales. Toutefois, si vous décidez de vous expatrier dans un pays européen, votre passeport ou votre carte d’identité seulement vous permettront de vous installer sans problème.

Mais pour les pays en dehors de l’Union Européenne, vous aurez nécessairement besoin d’un visa de travail. Pour vous renseigner sur ses conditions d’obtention, il vous faudra donc prendre contact avec le consulat en France de votre futur pays d’accueil. Veillez également à vous renseigner sur les différents types de contrats de travail et les normes locales en termes de rémunération afin de faire valoir vos droits.

 

3)   Misez sur votre réseau et vos connaissances

D’après Manuelle Malot, la directrice carrière de l’EDHEC, on sait « qu’environ 8 jeunes sur 10 qui signent dans un pays étranger avaient un lien familial ou amical avec ce pays, ou y avaient séjourné lors d’un stage un d’un échange universitaire. » Cela montre donc l’importance d’avoir des contacts dans votre pays d’accueil pour préparer au mieux votre recherche de job à l’étranger.

Comme le souligne Manuelle Malot, Opter pour un pays avec lequel vous êtes déjà familier pour y avoir séjourné ou parce que vous y connaissez des personnes est une bonne stratégie puisqu’elle vous permettra d’alléger la phase de préparation en amont.

En outre, votre réseau professionnel ou universitaire pourra vous aider dans votre recherche de job à l’étranger, notamment à travers des portails dédiés. Les grandes écoles mais également certaines universités possèdent ainsi leur propre plateforme de candidature sur lesquelles des entreprises étrangères postent régulièrement des annonces.

 

4)   Adaptez-vous aux codes du pays dans lequel vous souhaitez travailler

Chaque pays possède ses codes spécifiques, notamment pour ce qui est du recrutement. Par exemple, les Anglo-saxons ne font jamais paraître leur photo sur leur CV et privilégient un ton franc et direct. Certaines expériences seront également moins valorisées dans certains pays que dans d’autres. Ces aspects doivent ainsi vous inciter à faire relire votre CV par un contact à l’étranger.

Pour éviter toute déconvenue, veillez également à bien vous renseigner sur les coutumes locales dans le monde du travail, qui risquent parfois de vous jouer des tours une fois sur place. Ainsi, le Japon est connu pour ses règles très strictes en la matière. Gare aux négligences sur ce sujet donc !

 

5)   Travaillez bien votre entretien par Skype

Si vous postulez pour un job à l’étranger, il y a de fortes chances pour que le premier contact avec votre recruteur se fasse à travers Skype. Or, il s’agit d’un exercice spécifique et exigeant, qui requiert un temps de préparation important.

Veillez ainsi à bien préparer l’environnement dans lequel il se déroulera, de façon à présenter la facette la plus ordonnée, sérieuse et convaincante de vous-même. Faites également attention aux aspects techniques (connexion internet, webcam), et préparez-y vous sans désinvolture, avec le même sérieux qu’un entretien normal. Des tests blancs face à la caméra sont également un bon moyen de se mettre en situation avant le jour J.

Mais le meilleur moyen de s’y préparer reste de se confronter régulièrement à des professionnels en amont, pour recueillir un feedback constructif et s’habituer à la pression générée par l’exercice. Découvrez les modules de coaching pour les entretiens d’embauche animés par des experts reconnus et pluridisciplinaires sur www.yapuka.org.